Cosmo Goni

Villa de la Région - St Denis , Ile de la Reunion - 2012

Origine et descendance du peuple Samouchon.

Processus de création : Impression sur divers supports de montages photographiques.

 

 

Cosmogonie : la cosmogonie (du grec cosmo « monde » et gon « engendrer ») était définie par le Dictionnaire de l’Académie française comme la « science ou le système de la formation de l’Univers ». En ce sens, les récits oraux de cosmogonie fondent presque toutes les religions et sociétés traditionnelles.

 

À travers cette exposition, Lionel Lauret propose ses petites cosmogonies contemporaines de l’histoire de notre île. Il s’invente des liens entre le cosmos et le goni dans une syntaxe pluridisciplinaire : vidéos, accrochages, dessins, photos et peintures. Il raconte des histoires culinaires, picturales et iconographiques qui ont pris naissance dans l’univers de notre météorite locale.Ce vernissage-exposition est aussi l'avènement de la naissance du Samouchon qui sera présenté en exclusivité à la dégustation au public.

 

Tous les universitaires du Chaudron positionnent les premières miettes de samoussa (ancêtre du Samouchon) dans la période indienne d’Harshavardhana entre 606 et 647 après J.C. En effet, Harsha apporta la stabilité dans le Nord de l’Inde en lançant une production massive de samoussas dont il revendique la paternité sur un manuscrit en peau de tigre boucané. Celui ci sauvera l’Inde de la famine et brisera le système de castes pendant environ 2 siècles...

Des documents et témoignages très rares relatent aussi de la présence du briouate cousin très proche du samoussa au Maroc ainsi que celle samassai au Kenya.

 

Quant au premier bouchon il aurait été repéré au Lazaret, dans la besace d’un engagé chinois, en 1855. Celui-ci affirma n’avoir jamais divulgué cette recette dans son pays d’origine et être venu faire fortune sur notre île en le commercialisant dans des lieux de vente nommé : Petite boutik. Jo Ho-Him décèdera dans la misère par manque de pâte de riz, mais son idée allait révolutionner les habitudes culinaires de notre île.

 

Toutes ces informations sont véritablement à prendre au conditionnel. En fait nous n’avons que très peu de traces de la présence des peuples Bouchons et Samoussas. Ce que tous les universitaires du Chaudron découvriront par la suite c’est que partout où le Samoussa et le Bouchon furent implantés, il y eut que peu de fusion entre le corps humain et le corps gras. 

Parmis les Oeuvres présentées :

L'ingénue aux Bouchons - Collection privée 

Pluie de bouchons sur Paris - Collection privée.

Traité de bras Mouton - Collection privée.